Comment voulez-vous vous connecter à votre compte Infiniment Canada?

Vous n'avez pas de compte? Inscris-toi maintenant.
Compte Infiniment Canada

As-tu oublié ton mot de passe?

Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions ou des préoccupations

loading
Tu pourrais gagner un voyage pour 2 au Canada
X

Please update your browser to get the best experience

Tentez votre chance au Lucky Bastard Distillery Tour

Michael Goldney vient d’un milieu modeste à Yellowknife (Territoires-du-Nord-Ouest). Ayant déménagé en Saskatchewan pour terminer ses études de médecine, il deviendra éventuellement le propriétaire de la microdistillerie LB (Lucky Bastard) Distillery à Saskatoon. Un changement de carrière plutôt surprenant pour ce médecin respecté de la région. Or, ce virage professionnel n’est qu’un des chapitres de l’incroyable histoire de la microdistillerie.

En 2006, alors qu’il n’avait pas l’habitude de jouer à la loterie, Michael Goldney s’est laissé tenter par un lot particulièrement gros et a acheté un billet. Le lendemain, au travail, une infirmière passant devant son bureau l’informait que le gagnant résidait à Saskatoon… Eh oui, Michael Goldney et sa femme, Lacey Crocker, avaient gagné un lot de 14,6 millions à la Lotto 6/49.

« Un jour, mon ami Carey m’a dit : « Lançons une distillerie. » Le lendemain, on regardait pour un site. »

De par ses hivers rigoureux et ses étés courts, chauds et très ensoleillés, en plus d’avoir une eau extrêmement pure, la Saskatchewan offre les conditions rêvées pour faire pousser des grains. À l’aide d’une cuve de cuivre forgée (et affectueusement baptisée « Ginger »), Michael Goldney a la conviction de produire quelques-uns des meilleurs spiritueux au pays.

Même si la distillerie a une allure relativement moderne avec beaucoup d’aluminium, de cuivre et la présence de tapis convoyeurs, le groupe a décidé de s’éloigner de l’automatisation en choisissant plutôt de tout inspecter avec un œil attentif et des papilles gustatives sur le qui-vive.

Certes, le petit alambic ne peut produire que 250 litres à la fois, mais la distillerie parvient quand même à offrir une impressionnante gamme de spiritueux : les vodkas Lucky Bastard, Chai, Horilka, Blushed, Dill Pickle, le gin Gambit, du gin vieilli en fût, des alcools de chèvrefeuille, d’argousier et de miel sauvage, de l’amer, de l’absinthe et plus encore.

 

 

À la fin du tour, on se tient près du bar dans une grande salle agrémentée de lustres et de divans en cuir pour déguster beaucoup plus de spiritueux et d’alcools que l’on aurait cru possible ou raisonnable de le faire. Michael Goldney fait le service en racontant l’histoire derrière le nom de la distillerie.

« Alors que j’achetais une bouteille dispendieuse, le caissier m’a demandé quelle était l’occasion. Je lui ai répondu que j’avais gagné à la loterie. Une dame âgée s’est exclamée derrière moi : “Lucky bastard !” Le reste appartient à l’histoire. »

Détails du parcours

Consultez ces liens pour plus de détails sur les sujets abordés dans ce billet

Publications récentes