Comment voulez-vous vous connecter à votre compte Infiniment Canada?

Vous n'avez pas de compte? Inscris-toi maintenant.
Compte Infiniment Canada

As-tu oublié ton mot de passe?

Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions ou des préoccupations

loading
X

Please update your browser to get the best experience

Ski de fond à Mont Sainte-Anne avec Elie Duquet

Je ne me rappelle plus si j’ai appris à marcher avant d’apprendre à skier. Dans mes plus lointains souvenirs, je me vois encore gambader au chalet de mes parents, vêtue uniquement d’une couche et de mes bottes de ski miniatures.

C’est donc très jeune que j’ai eu la piqûre pour le ski alpin ou, comme dirait mon père, que je suis « tombée dans la potion » comme Obélix ! Cette piqûre s’est avérée une véritable passion puisque j’ai pratiqué ce sport professionnellement pendant des années.

Le fait d’être une athlète de sport de glisse m’a nécessairement fait voyager partout dans le monde et fait découvrir des endroits à couper le souffle. Oui, on s’entend, les Alpes c’est magnifique, mais il faut avouer qu’au Québec, on n’est pas à plaindre en hiver lorsqu’on est un amateur de ski. Et parlant de coup de coeur québécois, le mont Saint-Anne est une montagne où j’ai eu la chance de m’entraîner très souvent et que j’affectionne particulièrement.

Pourtant, malgré mes nombreuses visites dans les environs, j’ai presque honte d’avouer que je ne savais même pas qu’à seulement quelques minutes des pentes se trouve le plus grand centre de ski de fond en Amérique du Nord : il offre plus de 200 km de sentiers !
crosscountry1
Pas fort ! (Facepalm*)

Je devais vivre en dessous d’une roche pendant toutes ces années !

En fait, je crois que ce qui explique mon manque d’intérêt pour le ski de fond, c’est l’idée préconçue de plusieurs selon laquelle il s’agit d’un sport réservé exclusivement aux plus vieux un peu grano et accros du plein air !

Disons que lorsque j’ai su que j’irais expérimenter le ski de fond pour la première fois de ma vie au centre du mont Sainte-Anne, mon taux d’excitation frôlait le « 0 pis une barre » sur 10 ! Pour être honnête, j’étais pratiquement certaine que je ne répéterais jamais l’expérience.

OH MON DIEU que j’avais tort !!!

Vous avez le droit de me lancer des tomates pour avoir porté ce jugement sans même l’avoir essayé ! Honnêtement, ce fut toute une surprise et de loin l’un de mes plus gros coups de coeur lors de mon passage à Québec.

Je suis convaincue qu’il pourrait s’agir de LA nouvelle activité par excellence à faire entre amis lorsqu’on veut aller jouer dehors et bouger un peu, mais sans se ruiner. Parce qu’au-delà de la beauté incroyable des sentiers de Québec, ce qui m’a franchement marquée, c’est à quel point il s’agit d’une activité abordable ! Pour les jeunes de notre génération, c’est un gros avantage de se permettre de si belles journées de sport à si petit prix.

L’autre chose qui m’a séduite, c’est l’aspect thérapeutique de ce sport. Une fois la journée terminée, je me suis sentie envahie d’un sentiment de satisfaction d’avoir accompli une si bonne séance d’entraînement tout en ayant complètement décroché ! J’ai rarement pratiqué un sport (à part le yoga peut-être !) qui m’a permis de ne penser à rien d’autre que le moment présent. Pour vous donner une idée, je me suis surprise à plusieurs moments à me mettre à rire pour aucune raison particulière ! crosscountry

J’étais bien, tout simplement.

Bref, mon nouveau week-end parfait se résumerait à ceci : on se prépare un gros lunch et du chocolat chaud dans un thermos pour toute la gang, et on arrête manger à mi-chemin dans un superbe chalet de bois rond. Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part… je recommence n’importe quand !

Publications récentes