Comment voulez-vous vous connecter à votre compte Infiniment Canada?

Vous n'avez pas de compte? Inscris-toi maintenant.
Compte Infiniment Canada

As-tu oublié ton mot de passe?

Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions ou des préoccupations

loading
Tu pourrais gagner un voyage pour 2 au Canada
X

Please update your browser to get the best experience

Parcourir le parc national des Prairies, seul avec son sac à dos

Malheur à celui qui n’aura vu la Saskatchewan qu’à partir de la banquette arrière d’une automobile lancée sur la Transcanadienne ! Ce regard limité de la province peut donner au voyageur une fausse idée de ses charmes naturels. Le paysage de la Saskatchewan est varié et comprend la région du Bouclier canadien, une forêt boréale, des dunes de sable, des badlands (régions désertiques), des bassins se déversant dans l’océan Arctique, la Baie d’Hudson et le golfe du Mexique (eh oui !).

Quand on pense au grenier du Canada, il est vrai, on a plutôt en tête les magnifiques plaines onduleuses s’étalant à perte de vue. Peu d’endroits au pays peuvent se vanter de posséder ces plaines majestueuses et d’offrir la possibilité d’explorer la prairie indigène dans l’arrière-pays du parc national des Prairies, sac au dos. C’est pourquoi nous avons écrit ce guide.

Le parc national des Prairies figure sur la prestigieuse liste des 38 parcs nationaux du Canada, mais il ne reçoit qu’environ 10 000 visites par année. Étrange quand on considère que si elle mérite l’appellation de parc national, cette région mérite aussi une visite, surtout quand on pense que c’est le seul parc national des Prairies au pays. Situé en bordure du Montana, on ne peut trouver plus canadien que le parc national des Prairies : espaces à perte de vue, 70 espèces de graminées, badlands, fossiles en abondance, écosystèmes indigènes des Prairies et ciel nocturne plus noir que noir. Outre sa beauté naturelle, l’immensité du parc abrite certaines des plus belles espèces sauvages qu’il nous est donné de voir : bisons, antilopes d’Amérique, chiens de prairie à queue noire, cerfs mulets, blaireaux d’Amérique, coyotes hurleurs, couleuvres agiles à ventre jaune, une myriade d’oiseaux… Sans oublier le mammifère le plus menacé d’extinction en Amérique du Nord, le putois d’Amérique.

Mais avant de vous lancer dans cette aventure, sachez qu’il n’y a aucun moyen de transport public qui se rend au parc national des Prairies. Vous devez donc y aller en auto ou faire du covoiturage. En chemin, faites un petit crochet par le Red Coat Inn, à Hazenmore, où Gary vous préparera un des meilleurs steaks du Canada. Prévoyez du temps dans votre horaire, car même si le parc offre de courtes randonnées pédestres dans l’avant-pays, elles sont relativement isolées. Les ciels nocturnes sont des incontournables dans cette région; prenez donc quelques nuits pour les découvrir.

Photo: Destination Canada

Photo: Destination Canada

Ne négligez pas votre préparation avant le départ, car c’est une véritable aventure qui vous attend. Le parc n’est ouvert que de mai à octobre, et l’entrée est gratuite. Par contre, il y a des frais pour les nuitées. Apportez donc un peu d’argent liquide. Faites le plein d’essence avant de partir, car les stations-service sont limitées sur place. Apportez votre matériel de camping habituel et assurez-vous d’avoir beaucoup d’eau dans votre sac à dos, car presque toutes les sources d’eau de la région sont trop salées pour s’y abreuver. En plus de votre nourriture et de l’eau, apportez une lampe frontale pour l’auto et des piles supplémentaires : bien des gens restent surpris quand ils voient à quel point il fait noir dans le parc des Prairies. Finalement, rappelez-vous que ce n’est pas une expérience ordinaire de camping sauvage; ces sentiers traversent des contrées isolées et  ne sont pas balisés. Vous aurez besoin de cartes géographiques, d’une boussole et d’un GPS, et surtout, vous devez savoir vous en servir ! Faites attention aux serpents à sonnette, examinez-vous pour vous débarrasser des tiques, restez loin des cactus et n’approchez jamais les bisons à moins de 100 mètres. Ils sont connus pour leurs charges subites sur les randonneurs et les véhicules.

Maintenant que vous savez tout, partez à l’aventure pour découvrir les terres des premiers colons et éleveurs, voir quelques-uns des 1 200 cercles de tipis laissés par les peuples autochtones de la Saskatchewan, des fossiles là où les premiers ossements de dinosaures aquatiques ont été découverts au Canada.

Si vous recherchez une aventure un peu moins intense, rendez-vous au centre des visiteurs de West Block pour obtenir de l’information sur l’écotour guidé de 80 km qui vous permettra d’observer des bisons et des chiens de prairie à queue noire dans leur habitat naturel. Ceux qui préfèrent explorer à pied seront bien servis, car le parc propose 14 sentiers dans l’avant-pays. Nous vous les recommandons fortement. D’autres sentiers sont également accessibles à partir de l’autoroute 4, au sud de Val Marie, en Saskatchewan. Vous trouverez le 70 Mile Butte Trail (qui ne fait que 5 km en réalité), le Two Trees Trail et le River Walk Trail. Ces trois sentiers vous feront découvrir la vraie nature de la Saskatchewan, mais si un seul sentier vous suffit, nous vous suggérons le 70 Mile Butte Trail qui vous amènera au point le plus élevé du parc d’où vous aurez la chance d’admirer un panorama imprenable. Si le camping vous semble trop rustique, le Val Marie Hotel vous accueillera à peu de frais, tout comme le Convent Country Inn, qui offre des prix d’auberge de jeunesse durant la basse saison.

Maintenant, si vous faites partie de ces aventuriers purs et durs qui n’ont pas peur de la solitude des grands espaces et des excursions hors-piste, attachez votre ceinture ; le parc national des Prairies n’offre ni pistes de randonnée, ni sites de camping. Tout se passera entre vous et la nature sauvage. Ici, la randonnée sac au dos s’apparente aux films de cowboys; vous vivrez sur le terrain de jeu des cerfs et des antilopes. Quand vous passerez par Val Marie, visitez la boutique de cadeaux du Schoolhouse et achetez le Guide to the Hiking Routes of Grasslands National Park qui vous donnera de l’information générale sur les randonnées, des textes d’interprétation, des cartes topographiques et des illustrations de paysages. Les centres touristiques peuvent vous en prêter un exemplaire, mais il est possible qu’ils aient tous été prêtés. Par conséquent, réservez un exemplaire par téléphone avant de vous y rendre. Enfin, on nous a dit que la Vallée des 1000 Devils est pleine de fossiles. Mais attention : si tout cela vous semble des plus excitants, la randonnée pédestre dans la Vallée est longue et difficile. Allez-y à un rythme soutenu et avec prudence.

Hiking the 70 Mile Butte Trail

Photo: Destination Canada

Quand : De mai à octobre

Coût : Entrée gratuite dans le parc. Frais de nuitée.

Temps requis : Au moins une ou deux nuitées pour admirer le spectaculaire ciel nocturne.

Ne pas oublier : Apportez beaucoup d’eau, une lampe frontale et de l’essence pour votre véhicule.

Sécurité : Méfiez-vous des serpents à sonnette, des tiques, des bisons et des cactus.

Où manger : Redcoat Inn

Où rester : Hôtel Val Marie (306 298-4888), Convent Country Inn

 

Publications récentes