Comment voulez-vous vous connecter à votre compte Infiniment Canada?

Vous n'avez pas de compte? Inscris-toi maintenant.
Compte Infiniment Canada

As-tu oublié ton mot de passe?

Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions ou des préoccupations

loading
Tu pourrais gagner un voyage pour 2 au Canada
X

Please update your browser to get the best experience

Le régime Nunavummiut est-il sur le point de devenir tendance ?

Bien avant l’arrivée des régimes paléolithique et crudivore, il y avait le régime Nunavummiut. Si vous ne savez pas ce que ça mange en hiver, ce n’est pas grave, on vous pardonne. Nunavummiut est le mot qu’on utilise pour faire référence aux résidents du Nunavut. Leur alimentation traditionnelle se base sur la chasse et la cueillette, ce qui, selon des études récentes sur la santé et la nutrition, est idéal. Le territoire sauvage et la culture alimentaire riche des Nunavummiut ont subvenu à leurs besoins pendant des siècles, mais leur alimentation a changé dans les dernières années, un fait qui n’est pas passé inaperçu auprès du gouvernement territorial.

Photo: Bryce Zimmerman

Photo: Bryce Zimmerman

Ce qui est vrai pour la majorité des traditions culinaires régionales du Canada est tout aussi vrai pour la cuisine du Nunavut : pour bien la comprendre, il faut aussi avoir une certaine connaissance de la géographie de la région. Le Nunavut est le plus vaste des territoires du Canada, avec une superficie de 1 877 787 kilomètres carrés. Si c’était un pays, ce serait le 15e plus grand du monde. En raison de sa latitude, il a un climat polaire, ce qui veut dire que la saison de croissance est limitée, et il est bordé de plans d’eau tels que la baie d’Hudson, la baie de Baffin et l’océan Arctique.

Les peuples autochtones y habitent depuis près de 4 000 ans, et selon le recensement canadien de 2006, plus de 83 % des habitants du Nunavut sont Inuits. C’est de cette région et de ce peuple que l’alimentation traditionnelle du Nunavut provient.

L’été n’y dure que 8 petites semaines, mais à raison de 20 heures d’ensoleillement par jour, la toundra arctique déborde de fleurs sauvages, de lichen, de baies et de mousses. Plusieurs de ces plantes sont comestibles, il n’est donc pas surprenant que les Inuits les aient ajoutées à leur assiette, dont la plus grande place est occupée par les fruits de la chasse.

Photo: Ian Brown

Photo: Ian Brown

Au Nunavut, on dit country food quand on parle de mets traditionnels. C’est un terme générique qui désigne l’ensemble des aliments fournis par Dame Nature que les Nunavummiuts consomment depuis des générations : des baies, des herbes, du caribou, de l’omble chevalier, du saumon, du bœuf musqué, du phoque et du lagopède. Aujourd’hui, on peut acheter des fruits et légumes frais ou en conserve au Nunavut, mais en raison des frais de transport élevés, ils sont dispendieux. De ce fait, des sondages indiquent que plus de 70 % des Nunavummiuts sont toujours chasseurs-cueilleurs, et pas seulement pour des raisons budgétaires : d’autres études portent à croire que l’alimentation traditionnelle des Nunavummiuts serait meilleure pour leur santé.

Par ailleurs, en 2012, le gouvernement du Nunavut a investi 4 millions de dollars pour lancer une initiative qui vise à encourager un retour vers des habitudes alimentaires traditionnelles. Ce programme a obtenu beaucoup de succès, notamment en mettant sur pied des points de vente de country food dans les marchés alimentaires de la région, ce qui permet aux chasseurs et cueilleurs de vendre leurs aliments frais.

Aujourd’hui, le country food qu’on peut acheter au Nunavut est souvent mêlé aux produits du commerce, avec des épices et des techniques de préparation contemporaines. Ainsi, leur cuisine n’est pas très différente de celle des habitants du sud du Canada. Les classiques du Nord incluent des brochettes de caribou, des burgers de wapiti, des fish and chips et des salades composées de plantes sauvages comestibles.

Photo: Ian Brown

Photo: Ian Brown

En réponse à un nombre croissant d’études sur la santé et la nutrition qui révèlent les effets nocifs des aliments transformés, bourrés de sucre et d’agents de conservation, le reste de l’Amérique du Nord cherche à ajuster sa façon de manger pour privilégier les aliments entiers ou crus. Se pourrait-il que notre besoin de changer d’alimentation coïncide parfaitement avec l’évolution de la cuisine nunavummiut pour donner lieu à un nouveau régime tendance : le régime des Premières Nations du Nord ?

À l’heure actuelle, plusieurs restaurants de Toronto, dont BoraliaBannock et Tea-n-Bannock, ainsi que le Salmon n’ Bannock à Vancouver, proposent à leur clientèle une cuisine autochtone et nunavummiut traditionnelle réinventée. De plus, des chefs spécialisés en cuisine autochtone, dont un participant à l’émission Top Chef Canada, Rich Francis, commencent à être connus sur la scène gastronomique mondiale.

Si vous êtes à la recherche de nouvelles découvertes culinaires, et peut-être aussi d’un petit boost santé, soyez à l’avant-garde de la cuisine canadienne en préparant une spécialité nunavummiut comme le ragoût au wapiti, ou gâtez-vous en visitant l’un des multiples nouveaux restaurants d’inspiration autochtone.

 

Publications récentes