Comment voulez-vous vous connecter à votre compte Infiniment Canada?

Vous n'avez pas de compte? Inscris-toi maintenant.
Compte Infiniment Canada

As-tu oublié ton mot de passe?

Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions ou des préoccupations

loading
X

Please update your browser to get the best experience

Comment le Néo-Brunswickois Sébastien Roy produit le meilleur gin du monde

Vous ne saviez probablement pas que vous souhaitiez en apprendre davantage sur l’histoire de l’Acadie en goûtant au meilleur alcool du monde, mais oui, c’est le cas. Surtout si vous visitez l’incroyablement intéressante distillerie Fils du Roy. Au cours de la visite de cette lointaine distillerie, une histoire fascinante mène à une douzaine d’autres tout aussi captivantes et qui parlent toutes de la même chose : l’alcool.
Difficile de croire qu’une petite distillerie de Petit-Paquetville, au Nouveau-Brunswick, rafle tous les honneurs à la San Francisco World Spirits Competition, mais c’est pourtant ce qui s’est passé en 2015 et en 2016. Et l’histoire de la création du gin récompensé est aussi intéressante que la liqueur elle-même !

Comment Fils Du Roy est-elle née? Avez-vous toujours produit du gin?
L’histoire derrière Fils du Roy est long. J’ai toujours été brasseur, mais quand la communauté de Petit Paquetville a commencé à éprouver des difficultés financières, j’ai voulu faire quelque chose pour l’aider. On n’a pas toujours fait de gin. C’était en fait une erreur de parcours, car ce qu’on voulait, c’était produire de l’absinthe. Il s’agit d’une liqueur très nuancée et intéressante, avec plein de couches de goût. J’en étais fasciné.

Nest-ce pas illégal, l’absinthe?
En quelque sorte. Ce l’était jusqu’en 2010, mais sous de faux griefs : à un moment donné, en Europe, le vin était devenu très cher et l’absinthe a pris le pas sur tous les autres alcools. Pour regagner le contrôle du marché, plusieurs producteurs de vin ont commencé à répandre des rumeurs sur l’absinthe, comme quoi en boire pouvait rendre fou, malade, etc. Tout est faux, bien entendu, mais les rumeurs persistent.
filsduroy1

Donc comment avez-vous commencé à produire du gin?
C’est important pour moi d’utiliser le plus d’ingrédients locaux possible du Nouveau-Brunswick, et la plupart de ceux qui composent l’absinthe sont indigènes à la région. Il pousse dans la province une abondance de baies de guenièvre et de composantes botaniques qui, mises ensemble, produisent un très bon gin. J’ai commencé à faire des tests sans réelle intention d’en vendre. Quand je me suis inscrit à la compétition de San Francisco, on m’a informé que je pouvais inscrire d’autres bouteilles que mon absinthe sans frais supplémentaires, alors j’ai décidé d’inclure mon gin expérimental. Et quand les gagnants ont été annoncés, je croyais qu’on avait fait une erreur : mon absinthe est arrivée en troisième place, et mon gin a remporté la médaille d’or !

Qu’est-ce qui rend vos alcools si distincts?
Comme je l’ai mentionné tantôt, on utilise le plus possible des ingrédients locaux. En plus de cela, notre méthode de production est vraiment traditionnelle. On utilise des barils de chêne blanc, des cuves de cuivre conçues de la même façon qu’elle l’étaient il y a 150 ans, et aucun ingrédient artificiel. J’utilise seulement un thermomètre, mon nez pour sentir la liqueur et je supervise chacune des étapes de fabrication.
Quelle boisson vous enthousiasme particulièrement ces temps-ci?
J’étais au départ fasciné par l’absinthe, puis par le gin, mais ces temps-ci, je suis intrigué par le whisky. J’aime ses nuances et la façon de le produire. Je crée une ligne de bières, et on en profite pour créer un whisky qui est presque clair. C’est du whisky blanc ! Plusieurs producteurs de whiskys leur ajoutent du colorant pour obtenir cette couleur ambrée avec laquelle les amateurs sont familiers. De notre côté, on emploie une toute petite quantité de sirop d’érable très foncé, produit au Nouveau-Brunswick. Cela confère à notre whisky une teinte très douce et une note légère d’érable en fin de bouche. Je retire beaucoup de plaisir de cette élaboration et de ce perfectionnement !
filsduroy2 

En quelques mots

Sébastien Roy a fondé sa distillerie pour créer de l’emploi dans sa ville natale, Paquetville, au Nouveau-Brunswick

Absinthe a toujours été légal au Canada (même avec de l’armoise)

Absinthe n’a pas de propriétés hallucinogènes

Roy brasse maintenant de la bière et distille du gin et du whisky

Plusieurs de ses produits ont l’histoire de l’Acadie d’infusée dans leur recette et dans leur nom

Plusieurs de ses produits sont disponibles dans les société des alcools du Nouveau-Brunswick

Détails du parcours

Consultez ces liens pour plus de détails sur les sujets abordés dans ce billet

Publications récentes